Union Lémanique des Arts et Métiers
envoyer l'article par mail twitter imprimer
Accueil du site > Actualités > Conjoncture économique

Conjoncture économique

En Suisse

" A l’été 2010, selon le Groupe d’experts de la Confédération confirme pour l’essentiel le scénario d’une lente reprise de l’économie suisse. Alors que les nouvelles prévisions de croissance pour 2010 sont légèrement meilleures que celles de mars dernier (1,8 % contre 1,4 %), les prévisions de PIB pour 2011 ont été légèrement revues à la baisse, au regard des risques accrus liés à l’économie extérieure. " [1]

" En 2011, les économistes prévoient une croissance certes positive, mais plus faible qu’en 2010. Aucune récession n’est envisagée." "Ces perspectives économiques sont assombries par l’appréciation du CHF par rapport à la monnaie de ses principaux partenaires européens qui pèsera sur les exportations, ainsi que par un repli de la demande émanant des Etats aux prises avec une consolidation budgétaire drastique. " [2]

" L’évolution extrêmement dynamique de 2010, après l’effondrement de 2009, qui a permis une croissance actuellement estimée à 2,4%, devrait cependant permettre au chômage de régresser et s’inscrire à 3,9% pour 2010 et à 3,7% pour 2011. Le recul du chômage se poursuivra mais lentement.

Les activités de construction en Suisse devraient légèrement diminuer : la construction de logements restera à niveau mais celle pour l’artisanat et l’industrie ralentira. Une bulle immobilière est toutefois improbable." [3]

  • Dans le canton de Genève

" La situation économique du canton continue de s’améliorer non sans quelques difficultés et risques d’inflexion. Elle s’inscrit en effet dans un climat international incertain. Cet environnement pourrait peser sur la vigueur de la reprise. L’indicateur avancé LEA-PICTET-OCSTAT laisse ainsi présager une amélioration moins favorable de la situation à partir de cet automne.

Dans l’industrie genevoise, après l’effondrement de 2009, la situation est qualifiée de satisfaisante par les industriels depuis le début de l’été. La production s’intensifie. La position concurrentielle des entreprises fortement exportatrices, qui s’était nettement affaiblie sur les marchés de l’Union européenne au premier trimestre, s’est stabilisée depuis lors. Bénéficiant d’une structure qui les expose moins à la baisse de l’euro que celles de l’ensemble du pays, les exportations voient leur rythme de croissance s’accélérer vigoureusement.

Dans la construction, la situation s’améliore dans toutes les catégories de travaux (gros œuvre et second œuvre).

Dans le commerce de détail, la situation est en revanche toujours jugée insatisfaisante : dans un contexte de ralentissement de la hausse des prix à la consommation amorcé dès avril, bien que la fréquentation de la clientèle soit en hausse, le chiffre d’affaires ne croît que mollement. Selon les commerçants, la situation ne devrait pas beaucoup évoluer durant les six prochains mois. " [4]

Pour en savoir plus sur la conjoncture économique en Suisse et suivre son évolution :

SECO - Faits et chiffres de la situation économique

En France

" Selon les premières estimations de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), le produit intérieur brut (PIB) français a progressé de 0,6 % au deuxième trimestre 2010. L’évolution de cet indicateur s’est donc accélérée ces trois derniers mois, alors que la croissance n’avait atteint que 0,2 % au premier trimestre. Par ailleurs, dans son estimation de l’emploi salarié, l’INSEE évalue à 35 000 le nombre de créations nettes d’emplois dans les secteurs marchands, contre 23 900 au premier trimestre 2010.

La reprise à la hausse des investissements des entreprises intervient après la longue période de repli ayant suivi la crise financière. C’est le premier signe, depuis le début de la crise, d’une reprise de confiance des entrepreneurs dans l’avenir.

Enfin, autre moteur important de la croissance : la consommation des ménages. Selon les prévisions de l’INSEE, elle redémarrerait légèrement au second semestre 2010 (+0,3 % par trimestre). Le ministère français de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi y décèle l’amorce d’un cercle vertueux : "après une crise majeure, les entreprises recommencent à investir et regarnissent leurs stocks, recréent progressivement des emplois, ce qui est favorable aux revenus et à la consommation des ménages". " [5]

  • En région Rhône-Alpes

« En juillet, l’indice d’activité de Rhône-Alpes indique qu’il n’y a pas déconnexion de l’économie de Rhône- Alpes par rapport à l’économie nationale. Les difficultés liées aux déficits publics dans la zone euro entraînent un essoufflement à la hausse de certaines activités notamment dans le secteur de l’industrie. Toutefois, le retour au niveau d’activités de fin 2007 ne se ferait qu’au second semestre 2011 même si les exports ont connu une hausse de 10 % sur un an.

Le BTP commence à être touché par les effets de la crise avec, fin avril, une baisse d’activité de 10 % dans le neuf et de 6 % dans l’ancien.

Dans l’agro-alimentaire, on observe un tassement de l’activité depuis deux mois. Des inquiétudes sont dues à la baisse de l’euro, aux difficultés liées à la capacité d’investissement dans l’industrie, la santé même si la CDAF (Compagnie des dirigeants et acheteurs de France) confirme une reprise de l’investissement industriel.

Le bilan d’activités du mois de mai, selon la CRCI2, apparaît en retrait par rapport au mois d’avril. Cette tendance est plus marquée pour les activités liées à la consommation des ménages. Les perspectives à trois mois s’essoufflent en terme d’activité, d’emploi et d’investissement même si la proportion de TPE-PME percevant des signes de reprise est plus importante que celle qui n’en perçoit pas (46 %, contre 28 %). Selon la Banque de France, la progression de l’activité industrielle se poursuit à un rythme faible. L’automobile connaît un rebond et les biens d’équipement sont en augmentation plus marquée. Dans les services marchands, l’activité a progressé, sauf dans les transports et l’hôtellerie où elle est restée stable. » [6]

Pour en savoir plus sur la conjoncture économique en France et suivre son évolution :

Portail de l’INSEE, rubrique Thèmes > Conjoncture > Analyses de la conjoncture

Portail de l’INSEE Rhône-Alpes

Evolution du chômage de part et d’autre de la frontière [7]

Territoire Taux de chômage au 2ème trimestre 2010 (juin 2010 pour la Suisse Tendance entre le 2ème et le 1er trimestre 2010 Taux de chômage au 2ème trimestre 2009 (juin 2009 pour la Suisse
Haute-Savoie 8,1 %* - 8,0 %
Ain 7,3 %* - 7,4 %
Rhône-Alpes 8,6 %* - 8,6 %
France 9,3 %* - 9,1 %
Canton de Genève 7,0 % - 6,7 %
Canton de Vaud 5,3 % - 4,9 %
Canton du Valais 3,6 % - 3,4 %
Suisse romande et Tessin 5,1 % - 4,9 %
Confédération helvétique 3,7 % - 3,6 %

* données provisoires

Conçu et édité par l'Union Lémanique de l'Artisanat et des Métiers (ULAM)
avec le soutien financier du Conseil du Léman.
| Mentions légales | Plan | Réalisé par la CMA 74