Union Lémanique des Arts et Métiers
envoyer l'article par mail twitter imprimer
Accueil du site > Actualités > Conjoncture économique

Conjoncture économique

En Suisse

" Profitant de l’embellie du contexte économique mondial, l’économie suisse est sortie de récession au 3ème trimestre 2009. Selon le Groupe d’experts de la Confédération, son redressement conjoncturel devrait se poursuivre l’année prochaine, quoique à un rythme contenu, du fait d’un nouvel épisode d’affaiblissement des impulsions venant de l’environnement économique international. La croissance du Produit intérieur brut (PIB) à prix constants devrait atteindre +0,7% en 2010. Une reprise conjoncturelle plus robuste n’est attendue que pour 2011, avec une croissance du PIB estimée à +2%. Du fait de la timidité du redressement conjoncturel, les perspectives sur le marché du travail resteront sombres dans un premier temps ; le taux de chômage ne devrait commencer à refluer que dans le courant de 2011. " [1]

Dans le Canton de Vaud, le taux de chômage a passé la barre des 6%, soit un niveau que la Canton n’avait plus connu depuis 1998. On compte aujourd’hui 20 000 personnes en recherche d’emploi, le plus inquiétant étant que le nombre de chômeurs de longue durée, entre 12 et 24 mois a augmenté de 80% en 2009. Le plus grand nombre de chômeurs sont dans les domaines de la restauration, le commerce de détail et de la construction.

Le Conseil d’Etat va bientôt présenter de nouvelles mesures pour faire face à cette explosion. Pour mémoire, en 2009, une prime de CHF 5000.- a été offerte à tout patron d’entreprise qui embauchait un jeune pour son apprentissage. Par ailleurs, plus de 1 000 places de programmes d’occupation sont par exemple déjà en place. En ce début d’année, les taux de chômage sont dans les cantons de Genève de 7.3%, dans le Valais de 5.9% et en Suisse de 4.5%.

L’année 2009 a été noire pour les entreprises : le nombre de faillites a atteint un record avec 5 105 dépôts de bilan, soit une augmentation de 26.7 % par rapport à 2008. Pour les cantons de Vaud et de Genève, le nombre des faillites a été inférieur à la moyenne suisse, soit respectivement 23.6 % et 19.3 % par rapport à Genève. Dans le Valais, la situation était plus préoccupante avec une augmentation de 33.9 % par rapport à 2008. Le Canton de Vaud explique son chiffre par une bonne résistance de l’économie vaudoise liée à une diversification croissante des secteurs d’activités présents dans le canton, de la présence de nombreux sièges sociaux d’entreprise étrangère ainsi que plusieurs efforts consentis dans le domaine de l’innovation. Paradoxalement, le nombre de créations d’entreprises en Suisse n’a que légèrement baissé par rapport à 2008, soit un recul de 5.1 % avec l’inscription de 31 704 nouvelles entreprises au registre du commerce. Le canton du Valais a même connu une croissance des créations d’entreprise de + de 3 % par rapport à 2008. La crise peut donc aussi susciter des vocations d’entrepreneur. Par ailleurs, toute entreprise n’a pas forcément besoin d’une conjoncture favorable dès le début. Si cette dernière a reçu un financement, elle peut le dépenser en recherche et développement pendant quelques années.

Pour en savoir plus sur la stabilisation et la conjoncture économique :

SECO - Portail : Mesures de stabilisation

SECO - Faits et chiffres de la situation économique

En France

Comme en Suisse, " la situation de l’économie s’améliore doucement. Au 3ème trimestre, la sortie de la récession décrite par l’INSEE dans son scénario d’octobre,a été confirmée, avec désormais deux trimestres consécutifs de croissance. Néanmoins, la croissance de l’activité a été légèrement plus faible qu’anticipé lors du Point de conjoncture d’octobre (+0,3 % contre +0,5 %). Cet écart trouve son origine principale dans le recul plus prononcé qu’attendu de l’investissement en construction. Concernant le dernier trimestre 2009, l’INSEE maintient son hypothèse que l’activité continuerait de se redresser, mais à un rythme peu soutenu. " [2]

Un PIB de 1,4 % est prévu en 2010, alors qu’il était de 2,25 % en 2009 et de 0,4 % en 2008. [3]

En matière de défaillance des entreprises, au 3ème trimestre 2009, cumulées sur une année, les défaillances sont en hausse : le nombre de défaillances jugées au cours des douze derniers mois est en hausse par rapport aux douze mois précédents (+15,1 %). Les défaillances sont plus fréquentes dans les activités de commerce, réparation automobile et la construction. [4]

Concernant l’emploi, " Patrick Devedjian, le Ministre chargé de la Mise en œuvre du Plan de relance, estime que les chiffres du chômage pour le mois de décembre 2009, confirment l’amélioration progressive de la situation sur le front de l’emploi tout au long de l’année 2009, au fur et à mesure de la montée en charge du plan de relance. Après un pic à 90 200 demandeurs d’emploi supplémentaires en janvier dernier, l’année 2009 se conclut en effet sur une baisse de 18 700 demandeurs d’emploi en décembre, par rapport au mois précédent.

Quant à la consommation des ménages, elle est en hausse de 3 % au dernier trimestre 2009. Pour Patrick Devedjian, « du fait des effets décalés de la reprise de l’activité sur l’emploi, il faut rester vigilant en 2010. Le plan de relance accorde en 2010 une priorité forte à l’emploi avec la mobilisation de plus de 2,6 milliards d’euros. »

Le plan de relance continue en effet à financer en 2010 une vingtaine de dispositifs dans l’ensemble du champ de la politique de l’emploi, en faveur du maintien dans l’emploi (activité partielle), de la création d’emploi (« zérocharges TPE », mesures en faveur de l’alternance, contrats aidés), de l’accompagnement vers l’emploi (CRP et CTP, missions locales) ou de la formation (contrat d’accompagnement formation, allocation de fin de formation). " [5]

Autres démarches récentes du plan de relance :

  • " le lancement d’un emprunt national, dont le montant total s’élève à 35 milliards d’euros. Les politiques prioritaires ciblées par l’emprunt portent essentiellement sur :
    • l’enseignement supérieur et la formation,
    • la recherche,
    • le soutien aux filières industrielles et aux PME,
    • le développement durable
    • le numérique.

Selon l’Élysée, l’emprunt doit permettre de financer des "mesures ciblées à destination de filières, comme l’automobile, l’aéronautique, l’espace, mais aussi les éco-industries, la nano-électronique, le numérique et biotechnologies". 100 millions d’euros seront dédiés à un fonds consacré à l’entrepreneuriat social et solidaire. L’exécution de l’emprunt sera confiée à René RICOL, l’ancien Médiateur national du crédit aux entreprises, nommé Commissaire général à l’investissement. " [6]

  • " la mise en place de commissaire à la réindustrialisation dans les régions les plus touchées par la crise, dont Rhône-Alpes. Les commissaires recherchent des solutions pour le maintien de l’activité, participent au suivi de la revitalisation des territoires, et ponctuellement à la résolution des conflits sociaux. Leur réactivité est reconnue en matière de gestion de crise, de médiation et de contribution à la restructuration financière des entreprises. Il s’agit là d’un dispositif à caractère temporaire, qui doit prendre fin à la sortie de la crise et au plus tard à la fin de l’année 2011. " [7]

Pour en savoir plus sur la relance et la conjoncture économique :

Ministère chargé de la mise en œuvre du plan de relance - Plan de relance

Portail de l’INSEE, rubrique Thèmes > Conjoncture > Analyses de la conjoncture

Evolution du chômage de part et d’autre de la frontière [8]

Territoire Taux de chômage au 3ème trimestre 2009 Taux de chômage au 3ème trimestre 2008
Haute-Savoie 8,1 %* 5,5 %
Ain 7,1 %* 5,0 %
Rhône-Alpes 8,5 %* 6,6 %
France 9,1 %* 7,4 %
Canton de Genève 7,0 % 5,5 %
Canton de Vaud 5,4 % 3,8 %
Canton du Valais 3,8 % 2,5 %
Suisse romande et Tessin 5,3 % 3,7 %
Confédération helvétique 3,9 % 2,4 %

* données provisoires

Conçu et édité par l'Union Lémanique de l'Artisanat et des Métiers (ULAM)
avec le soutien financier du Conseil du Léman.
| Mentions légales | Plan | Réalisé par la CMA 74